Bruges Audition | Angèle raconte toute l’histoire derrière “J’entends”
Audioprothésiste spécialiste des acouphènes, Gabriel ROVIRA a créé un centre d’audioprothèse de qualité en proposant des appareils à la pointe de la technologie, avec un service personnalisé. L’équipe familiale de Bruges Audition vous accueille pour un dépistage auditif gratuit et une analyse de vos besoins, grâce a un accompagnement sur-mesure pour vous apporter la meilleure solution auditive.
centre auditif, acouphenes, bruges audition, audition, Audioprothésiste, audioprothèse, dépistage auditif gratuit, solution auditive
1271
post-template-default,single,single-post,postid-1271,single-format-standard,qode-social-login-1.0,ajax_fade,page_not_loaded,,select-theme-ver-4.1,menu-animation-underline,wpb-js-composer js-comp-ver-5.2,vc_responsive

Angèle raconte toute l’histoire derrière “J’entends”

Angèle raconte toute l’histoire derrière “J’entends”

“Franchement, les acouphènes peuvent rendre fou. Ma plus grande peur, c’est que ça s’empire.” Dans cette chanson, elle parle de la souffrance liée à ses acouphènes. Angèle raconte toute l’histoire derrière “J’entends”.

Angèle évoque ses problèmes d’acouphènes

La chanteuse Angèle souffre d’acouphènes depuis deux ans, après avoir été victime d’un accident sur un plateau télévisé. Depuis, elle entend sensibiliser à ce souci de santé, trop minimisé selon elle.

« Ceux qui en souffrent entendent des bruits alors que l’environnement externe est silencieux. « J’entends », c’est une chanson qui parle de frustration et d’angoisse. En fait, ça parle d’acouphènes. Ça fait à peu près deux ans, deux ans et demi que j’en ai. » La chanteuse belge Angèle souffre d’acouphènes depuis deux ans. Pour Brut, elle raconte son calvaire.

« Le son, ce sont des fréquences qui viennent taper dans le tympan »

J’en avais beaucoup entendu parler, parce que mon père a des problèmes d’audition. J’avais conscience que ça devait être terriblement stressant et angoissant, et assez terrible comme sentiment et comme situation, mais je ne pensais pas que ça m’arriverait.

Et puis, un jour, j’étais à une promo télé, et dans le stress, je ne sais pas ce qu’il s’est passé, mais il y avait un problème avec le micro. Il n’avait pas de piles, alors j’ai mis beaucoup le son plus fort dans mon boitier, pensant que c’était un problème de son… J’ai reçu un « jus » dans les oreilles. Je ne m’en suis pas rendu compte, mais j’ai reçu un gros coup ! C’est physique : le son, ce sont des fréquences qui viennent taper dans le tympan. C’est tout un système que je n’ai pas encore totalement compris, mais c’est comme plein de petits poils que le son vient caresser. Si ça dure trop longtemps ou que c’est trop fort, ça peut vraiment endommager ces petits poils, ces petits nerfs.

« Je me souviens d’avoir eu un sentiment d’énorme angoisse »

Le soir-même, j’ai eu la merveilleuse idée de travailler un nouveau son au casque pour ne pas déranger les voisins. Et quand j’ai arrêté la musique, j’entendais encore le son dans mes oreilles. Je me souviens m’être levée, avoir un peu titubé dans l’appartement en imaginant que c’était la fin du monde, et ça ne s’est pas calmé depuis. Je me souviens d’avoir eu un sentiment d’énorme angoisse, parce que je savais que c’est incurable, et je savais qu’on ne peut rien y faire et que l’oreille, quand elle est abîmée, c’est pour toujours. 

C’est très lié au stress, c’est très lié au mental. Je sais que les premiers mois étaient vraiment bizarres parce que j’en parlais pas trop, parce que je ne voulais pas trop admettre que j’avais un problème. Je n’en ai parlé à personne au début. Même pas à Roméo Elvis, mon frère, qui a lui aussi des acouphènes. Je ne voulais pas admettre qu’il y avait un problème. Étant donné que mes oreilles sont vraiment mon métier, j’avais trop peur que ça soit un vrai problème. Pendant longtemps, je n’ai rien fait à part faire des recherches sur Google en pleine nuit, ce qui n’a pas trop aidé.

« J’avais vraiment l’impression de devoir faire le deuil du silence »

Et puis je suis allée voir des spécialistes. Tous m’ont assuré qu’il y avait un problème. Et en fait, dès le moment où je me suis dit : « Ce son que j’entends, je vais l’entendre toute ma vie et ça va m’accompagner », j’ai réussi à l’accepter. J’ai pensé qu’écrire J’entends allait m’aider. J’ai passé six mois de ma vie à angoisser. Je ne dormais pas bien, j’avais vraiment l’impression de devoir faire le deuil du silence. Et en même temps, je me suis dit que j’avais un moyen de sensibiliser les gens, parce que pendant mes concerts, même si on fait attention, ça va fort !

Dans les deux oreilles, j’ai une sorte de bruit blanc qui fait shhhii comme si tu serrais les dents très fort. Tu entends une sorte de petit bruit très aigu derrière les oreilles un hiiiiss. Je m’y suis vraiment habituée, mais au début, c’était dur. Je visualisais le bruit, j’avais une sorte de brouillard dans les oreilles.

Ce qu’il faut savoir, c’est que si tu entends du son trop fort pendant plus de 30 minutes, ça peut te blesser pour toute la vie. C’est incroyable que j’en aie aussi peu entendu parler ! On n’en parle pas trop comme d’un vrai danger, alors que franchement, les acouphènes, ça peut rendre fou. Enfin moi, j’ai de la chance, parce que c’est vraiment très léger, mais je pense qu’il y a des gens qui font des dépressions. Je leur envoie tout mon soutien. Vraiment, ma plus grande peur, c’est que ça empire.

https://www.brut.media/fr

16/02/2020 08:26mise à jour : 17/02/2020 11:06

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.